Close
  • Français
  • English

Retour sur le Cyber 9/12 Strategy Challenge organisé au FIC

Par l’équipe du Strategy Challenge

Le Cyber 9/12 Strategy Challenge

Pour la troisième année consécutive, le FIC accueillera les 19, 20 et 21 janvier 2021 l’édition française du Cyber 9/12 Strategy Challenge, co-organisée par l’Atlantic Council, le projet GEODE (Université Paris 8) et CEIS. L’an passé, l’édition 2020 a opposé une douzaine d’équipes d’étudiants de l’enseignement supérieur français et américains, jusqu’à ce que l’équipe américaine de l’institut militaire de West Point rapporte le premier prix de l’autre côté de l’Atlantique au terme d’une finale mouvementée. Après trois jours (et trois nuits !) de compétition autour d’un scénario complexe qui impliquait, entre autres péripéties, le sauvetage d’un satellite filant droit vers la Station Spatiale Internationale, le COMCYBER remettait les prix aux gagnants et aux finalistes aux côtés des autres sponsors de la compétition : le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Siemens, PwC et Facebook.

L’objectif du Cyber 9/12 est de confronter des étudiants de profils académiques divers à un scénario fictif de crise cyber qui évolue et prend de l’ampleur au cours des trois jours de la compétition. Les équipes, composées de quatre étudiants chacune, doivent proposer des options de politiques publiques permettant de gérer la crise à un jury composé d’experts d’institutions publiques et privées, françaises ou étrangères, qui représentent les plus hautes autorités de l’Etat Français pour les besoins du Challenge.

Organisé autour des enjeux de sécurité collective, le challenge permet aux étudiants de mobiliser leurs connaissances en matière de cybersécurité et d’organisation de la cyberdéfense en France, en Europe mais aussi à l’échelle internationale. Frédérick Douzet est l’organisatrice et la marraine de la compétition pour GEODE (geode.science), un centre de recherche et de formation de l’Université Paris 8 dédié aux enjeux stratégiques de la révolution numérique et pré-sélectionné pour le label « Centres d’excellence » du Ministère des Armées. Pour elle, l’enjeu est de “ mettre en application les connaissances théoriques que les étudiantes et les étudiants ont acquises pour formuler des réponses à un scénario de crise qui les plonge dans l’univers professionnel et les oblige à se confronter aux multiples dimensions et à la complexité des crises cyber. Ce challenge est un exercice de formation extrêmement stimulant et enrichissant pour les participants, qui en ressortent presque systématiquement avec l’envie de continuer sur cette voie professionnelle. C’est aussi un défi pédagogique passionnant pour notre équipe enseignante !”.

Un scénario ambitieux pour la deuxième édition française du Challenge

En 2020, le scénario combinait des enjeux spatiaux et cyber. Les étudiants devaient proposer des solutions à court, moyen et long terme à un conseil de défense réuni pour gérer une crise déclenchée par le piratage d’un satellite militaire français. Les compétiteurs ont dû composer leur stratégie de réponse avec les éléments forcément partiels, dont un décideur dispose au moment de choisir : un satellite piraté qui menace de percuter des engins spatiaux étrangers, un composant informatique embarqué acheté à une entreprise américaine ou encore l’intervention suspecte d’un satellite chinois. Ils ne devaient pas pour autant oublier de garder les pieds sur Terre, en traitant les répercussions terrestres du piratage orbital : l’échec d’une intervention armée française à l’étranger qui mettait la diplomatie hexagonale dans une position délicate. L’objectif du scénario était d’amener les étudiants à adopter une approche globale et multidisciplinaire de la sécurité internationale et de la gestion de crise, que les organisateurs s’efforcent de mobiliser lors de la rédaction des scénarios en amont de la compétition – un exercice qui occupe tout de même une petite moitié de l’année. Ces scénarios doivent respecter des caractéristiques précises.

Les scénarios doivent d’abord être originaux. Si les problématiques de cybersécurité des satellites sont d’une importance vitale pour les opérateurs de satellites, elles restent peu développées dans la littérature académique et dans les médias. Les étudiants doivent donc d’une part se saisir rapidement d’un sujet méconnu et d’autre part projeter les problématiques de cybersécurité et de sécurité internationale dans un domaine qui leur était est pour la plupart inconnu. C’est donc leur capacité à croiser et restituer des enjeux de nature multiples et à y répondre de façon innovante qui était sollicitée. Une autre difficulté tenait à la dimension technique du sujet. Le scénario contenait de nombreux éléments liés au fonctionnement des satellites et systèmes satellitaires et aux problèmes de sécurité informatique associés. Pourtant, afin de briefer des décideurs publics dans un temps restreint, les étudiants devaient consacrer les 10 brèves minutes de leur présentation à une analyse stratégique des enjeux auxquels le scénario les confrontait. Un exercice difficile pour des étudiants parfois peu habitués à s’exprimer à l’oral, et en anglais.

Les scénarios doivent également varier les acteurs impliqués et le positionnement de la France à leur égard. Celui de l’édition 2020 impliquait un large panorama d’acteurs, français, européens et internationaux et étatiques et privés, tout en distribuant peu d’informations sur une potentielle responsabilité de ces acteurs dans la crise. Pour autant, la France ne pouvant seule empêcher le risque de collision du satellite, les étudiants devaient décider si une collaboration avec un éventuel attaquant, qui impliquait un accès physique au satellite militaire, était préférable à l’accident. La question de l’attribution et de la réaction diplomatique était ainsi au cœur du scénario. L’implication indirecte d’un allié dans la crise, étayée dans la presse, interrogeait sur la position publique à adopter en fonction de la nature des relations diplomatiques avec les Etats impliqués.

Troisième édition du 19 au 21 janvier 2021

Les candidatures ouvriront dès la rentrée 2020 pour participer à la troisième édition du Challenge qui se déroulera lors du prochain FIC. Toute l’équipe du Challenge est d’ores et déjà mobilisée pour organiser cet événement, et vous donne rendez-vous à cette occasion pour gérer une crise cyber de grande ampleur à Lille en janvier !