Close
  • Français
  • English

Le futur de l’autonomie numérique de l’UE

Gutierrez, secrétaire général des Nations unies, a souligné en réponse à la récente pandémie de Covid-19 combien « le numérique sera plus important et plus présent que jamais durant la reprise et la reconstruction ». L’importance croissante de la technologie s’accompagne de celle des spécificités de sécurité.

 Comment pouvons-nous maximiser les avantages offerts par le numérique ? Pour une utilisation optimale du numérique, une bonne réglementation est essentielle, voire capitales. Comment construire cette bonne réglementation ?

En se reposant sur des principes clés, qui sont de véritables atouts en Europe. Quels sont-ils ? La diversité. La capacité d’inclusion. Les droits humains. L’état de droit. Le système d’équilibre des pouvoirs.

Partant de ces atouts, l’Europe a développé ces dernières années un certain nombre d’instruments puissants dans le but de gérer et d’endiguer les risques cyber, pour assurer sa propre sécurité : le RGPD, la directive NIS, le Cyber Act, et le futur « Digital Services Act ».

Ces atouts et ces instruments permettent l’institution de normes européennes, mais ils améliorent également la stabilité du cyberespace en créant des conditions équitables.

Lorsqu’ils sont bien structurés et optimisés, ils constituent la base de notre autonomie numérique, un des objectifs clés de l’Union européenne pour cette décennie.

Ces atouts, ces instruments, notre autonomie numérique et des conditions équitables pour tous permettent d’aviver la confiance en la transformation numérique et de soutenir les entreprises partout en Europe. Dans un contexte mondial de crises exponentielles telles que les pandémies ou le changement climatique, cette approche permettra à l’Europe d’ouvrir la voie de l’innovation et du développement durable, de placer le pouvoir dans les mains des citoyens pour qu’ils s’épanouissent, de stimuler la libre circulation des idées et la créativité, et d’augmenter sa résilience.

Il s’agit d’un travail collectif. Et il appartient au Forum International de Cybersécurité (FIC) de susciter le débat et le développement d’idées par l’intermédiaire de conférences, d’ateliers et de rencontres en face-à-face entre sociétés, gouvernements, universitaires et chercheurs.  Au sein de l’UE et avec les partenaires de l’UE.

La cybersécurité ne peut être efficace si elle est traitée uniquement à l’échelle locale. L’Europe montrera l’exemple à travers la mise en place de lois, de réglementations et d’outils technologiques qui pourront la protéger tout en étant utiles au reste du monde.

 

Retrouvez la liste des membres de L’Advisory Board du FIC ici.