Close
  • Français
  • English

14/01/2016Le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) [par le Colonel Nicolas Duvinage, chef du C3N de la Gendarmerie Nationale]

Le C3N assure trois missions :

  • – L’investigation judiciaire, sur la base souvent de constatations dressées d’initiative, parfois de simples signalements directs (cyber@gendarmerie.interieur.gouv.fr), de plaintes d’entreprises ou de saisines de magistrats. Disposant d’outils spécialisés, les 35 enquêteurs opèrent une surveillance proactive constante (web1.0, réseaux sociaux, darkweb, réseaux communautaires de jeux en ligne, peer-to-peer, etc). Ils enquêtent sous pseudonyme, au besoin en menant des « coups d’achats ».
  • – Le renseignement criminel. Le C3N caractérise les phénomènes criminels émergents (modes opératoires, typologie d’auteurs / victimes, etc) afin de préparer une réponse opérationnelle optimale des échelons locaux. Les renseignements sont enrichis grâce à de nombreux contacts noués avec les services partenaires (OCLCTIC, Ministère de la Défense, ANSSI, etc), des acteurs privés en France et à l’étranger, et des universités. Enfin, le C3N entretient des sources humaines de renseignement.
  • – L’appui opérationnel. Le C3N anime et coordonne les 2000 enquêteurs spécialisés du réseau décentralisé « Cybergend ». Il diffuse pour cela outils et méthodes (7000 fiches pratiques sur le site intranet « CyberAIDE », logiciel d’extraction/analyse rapide « GendExtract », application de géolocalisation de données de connexion GSM « Geofadet »…). Il apporte une assistance en temps réel pour les investigations en téléphonie ou sur internet (GUTI) et offre une capacité unique en France de rapprochement et identification des auteurs/victimes apparaissant sur des contenus pédopornographiques (CNAIP).