Close
  • Français
  • English

28/12/2018La recherche en cybersécurité: un atout français, une nécessité pour la souveraineté numérique (Par Bruno Sportisse, PDG d’Inria, Président de l’alliance Allistene)

Dans un paysage international extrêmement compétitif, la France est positionnée comme un des pays leader en cybersécurité tant en solutions et services industriels qu’en recherche. Elle est reconnue comme telle en particulier au niveau européen, à travers sa place de pilote technique et stratégique des feuilles de route et des réseaux de compétences. Ce leadership est aujourd’hui confronté aux moyens massifs déployés dans ce domaine par d’autres pays comme les États-Unis, la Chine ou encore nos partenaires Allemands.

Sur le plan national, la cartographie précise élaborée par l’alliance Allistene   https://www.allistene.fr/files/2018/03/VF_cartographie_2017-06-13.pdf  a permis de quantifier et qualifier les compétences présentes en cybersécurité.  Plus d’un millier de scientifiques travaillent dans le secteur public de l’enseignement supérieur et de la recherche (périmètre de l’alliance); des effectifs importants de R&D sont aussi présents au sein d’autres structures publiques (avec par exemple l’ANSSI et le centre Maitrise de l’Information de la DGA) ou industrielles.  La France est à la pointe de la recherche académique sur les primitives et les protocoles cryptographiques, en sécurité matérielle; elle est aussi excellemment positionnée dans le domaine des méthodes formelles et des outils pour évaluer la sécurité des systèmes numériques de plus en plus complexes et interconnectés, permettant de construire des composants modulaires pour la sécurité, vérifiés de bout en bout.  L’étude souligne également l’existence d’une activité de recherche importante dans le domaine de la détection et de la remédiation aux cyber-attaques, permettant une gestion opérationnelle de la cybersécurité tout au long du cycle de vie des objets.

L’écosystème français est remarquablement bien positionné pour relever le défi d’une cybersécurité durable.  La sécurisation de nos grandes infrastructures et des objets connectés est non seulement nécessaire pour préserver notre sécurité et notre souveraineté numérique, mais aussi une réelle opportunité pour transformer des percées académiques et industrielles françaises en un atout majeur et durable pour nos entreprises et nos institutions, tout en augmentant la confiance des citoyens dans le numérique.

Cette participation des scientifiques d’Allistene au FIC se traduira au travers du village recherche impliquant le CEA, le CNRS, la CPU, la CDEFI, l’IMT et Inria. Il sera animé par de nombreux chercheurs et présentera une trentaine de démonstrations de projets développés et de certains résultats obtenus. Inria y présentera également son livre blanc sur la cybersécurité. Plusieurs master classes seront aussi organisées ainsi qu’une rencontre sur le développement d’objectifs de recherche entre l’Europe et le Japon.