Close
  • Français
  • English

Interview de Maarten Van Horenbeeck, Membre de l’Advisory Board du FIC

1. Je vous laisse vous présenter et nous expliquer en quoi vos fonctions vous amènent à travailler quotidiennement sur la cybersécurité.

Je m’appelle Maarten Van Horenbeeck, je suis belge et membre du Conseil d’Administration du « Forum of incident reponse and security teams » (FIRST), une association internationale qui regroupe les services de sécurité  de plus de 500 organismes gouvernementaux, universitaires et d’entreprises. Je suis aussi Directeur de la sécurité des systèmes d’information (DSI) de Zendesk, un fournisseur de logiciel à la demande, d’assistance, de ventes et d’engagement client basée à San Francisco. Là-bas je suis responsable de la cybersécurité et de la sécurité physique de nos produits, nos logiciels et plus de 3500 employés dans le monde.

2. Comment le FIC peut-il contribuer à promouvoir une vision européenne de la cybersécurité ?

Au cours des dernières années l’Europe a eu un rôle moteur dans la définition d’une cybersécurité durable, en introduisant la Directive NIS, le RGPD, et un régime de sanctions qui a permis une stabilité et une approche basée sur l’accord et la collaboration. Cette politique a été très positive et a largement influencé l’approche de ces problèmes dans d’autres parties du monde.

Là où le FIC peut apporter une aide spécifique, c’est en amenant les fournisseurs et les éditeurs de logiciels à partager leurs expériences. Il n’y a pas vraiment d’autre forum où ce niveau de partenariat peut avoir lieu, et le FIC est dans une position unique pour créer un environnement dans lequel les organisations peuvent apprendre les unes des autres et partager leurs expériences avec l’ensemble de la communauté de la cybersécurité.

3. Que représente le FIC pour vos pairs ? (Quels sont les avantages pour les professionnels de votre domaine ?)

Pour les DSI, le principal intérêt du FIC c’est la possibilité de découvrir les nouvelles tendances stratégiques du secteur. C’est l’occasion parfaite de découvrir les nouvelles initiatives, les nouveaux problèmes et comment les autres y font face. Je commence en général par repérer dans le programme les trois défis auxquels je suis confronté cette année-là, ensuite je m’intéresse au parcours des conférenciers. Je m’intéresse particulièrement aux séances dont les intervenants doivent faire face aux défis auxquels je suis également confronté dans mon entreprise.

Le second avantage du FIC est bien sur le réseautage. Le FIC est tout simplement le meilleur endroit en Europe pour rencontrer ses homologues et congénères, ou s’entretenir rapidement avec un nouveau fournisseur.

La large participation à cette conférence offre de nombreuses possibilités de « sortir de sa zone de confort » et de rencontrer de nouveaux professionnels et de nouvelles entreprises et organisations.

4. Pourquoi le thème de cette année : “Pour une cybersécurité coopérative et collaborative” est-il un sujet aussi essentiel/stratégique dans le contexte actuel ? 

La cybersécurité a toujours été un thème très collaboratif. J’ai travaillé pour plusieurs fournisseurs, et les équipes avec lesquelles j’ai collaboré n’ont jamais considéré que la sécurité était un « avantage concurrentiel » à utiliser contre des adversaires. Au contraire elles ont toujours pensé que si nous travaillions tous ensemble pour placer la barre très haut pour tout le secteur, nous aurions un gâteau plus gros à partager. Par exemple : rendons les services cloud plus fiables et les institutions verront plus d’intérêt à y stocker leurs données !

Mais cette année tout cela est devenu encore plus important. Quand la crise COVID a commencé nous avons eu besoin d’échanger nos informations encore plus rapidement et de traiter les  nouvelles menaces qui découlaient du télétravail. De plus, nous constatons que certains pays prennent des positions beaucoup plus restrictives sur les technologies étrangères, et que les restrictions aux exportations et les sanctions rendent le monde beaucoup moins ouvert à la coopération. Pour moi le thème de cette année renforce l’idée que nous, la communauté de la cybersécurité, nous devons toujours commencer par coopérer et collaborer pour réussir. Nos adversaires partagent toujours, nous devons en faire autant.

M. Maarten Van Horenbeeck est membre du conseil d’administration et ancien président du Forum of Incident Response and Security Teams (FIRST), la plus grande association d’équipes de sécurité, comptant 300 membres dans plus de 70 pays. Chief Information Security Officer chez Zendesk, il dirigeait auparavant le département Security Engineering chez Fastly et l’équipe Threat Intelligence chez Amazon. Il a également travaillé au sein des équipes de sécurité de Google et de Microsoft. Maarten est titulaire d’une maîtrise en sécurité de l’information de l’Université Edith Cowan et d’une maîtrise en relations internationales de la Freie Universitat Berlin.