Close
  • Français
  • English

12/01/2015[Contribution] Evoluer ou disparaitre : adapter la sécurité au monde virtuel [par Bitdefender]

La virtualisation des équipements informatiques offre de nombreux avantages dont la possibilité d’optimiser, de consolider et de redistribuer les ressources disponibles sur le réseau dans son ensemble. Bien que la protection antimalware pour les environnements virtualisés soit tout autant indispensable que celle destinée aux environnements physiques, elle s’avère avoir dans bien des cas,  un impact négatif sur les ressources disponibles et gréver la réactivité des environnements virtuels sur lesquels elle est déployée.

En effet, les environnements virtualisés, qui utilisent une architecture antivirus traditionnelle passant par le déploiement d’un agent antivirus lourd sur chaque poste de travail, sont sujets à un certain nombre d’inconvénients. Ces antivirus classiques utilisent une base de données locale pour les signatures, monopolisent des ressources pour réaliser des analyses sur chaque poste, doivent être mis à jour régulièrement, etc. Cette duplication inutile de l’empreinte sur le système et les applications, au niveau des analyses et de la maintenance, entraîne des conflits de ressources connus sous le nom de ‘AV Storm’ qui génèrent des goulets d’étranglement pouvant entraver la bonne marche de l’infrastructure IT dans son ensemble.

Afin de préserver l’expérience des utilisateurs et les avantages liés à la virtualisation, il s’avère donc indispensable d’externaliser et de centraliser les analyses et les bases de signatures vers une appliance virtuelle de sécurité.

Les solutions Bitdefender répondent à ces enjeux et offrent, sans nécessiter de nouveaux investissements matériels, une protection dite ‘sans agent’, compatible avec tous les hyperviseurs du marché et quasiment imperceptible en termes de prise de ressources. Elles permettent ainsi de bénéficier d’une augmentation des ratios de consolidation des serveurs virtualisés pouvant atteindre 30% par rapport aux antimalwares classiques.